Les chiffres clés

Transport aérien

Antérieurement à la publication de l’obligation réglementaire sur l’information sur la quantité de gaz à effet de serre émise à l’occasion d’une prestation de transport, la DGAC a déterminé les chiffres clés concernant les émissions de CO2 dans le secteur aérien. Les valeurs présentées concernent la seule phase de vol.

En phase de vol, l’ordre de grandeur des émissions de gaz à effet  de serre est inchangé, ces émissions étant supérieures de 1% à celles de CO2 (cf. onglet « Comment ça marche ? »). Si l’on considère à la fois la phase amont (production et distribution du carburant) et la phase de vol, les valeurs figurant ci-après doivent être multipliées par 1,22 pour obtenir les émissions de gaz à effet de serre.

On considère dans ce paragraphe uniquement l’aviation commerciale, y compris émissions estimée des APU (source TARMAAC). Par convention, et pour éviter les doubles-comptes, ces estimations incluent la totalité des vols intérieurs et la moitié des vols internationaux.

L’activité du transport aérien en France s’est élevée en 2017 à 164,1 millions de passagers, en hausse de 6,1% par rapport à 2016, un ensemble fret et poste de 2,54 millions de tonnes (+5,7%) et un nombre de passagers équivalents-kilomètres-transportés (convention ½ croisière) de 277,8 milliards de PKTeq (+5,6%), pour 1,52 million de mouvements commerciaux (+1,3%).

Les émissions CO2 du transport aérien (aviation commerciale) en France ont été en 2017 de 21,9 millions de tonnes (+2,3%), dont 2,0 Mt pour la phase LTO (9,3%), 0,3 Mt pour les APU (1,2%) et 19,6 Mt pour la ½ croisière (89,6%).

Entre 2000 et 2017, ces émissions ont progressé de +14,3% pour un nombre de passagers-équivalents-kilomètres-transportés (PKTeq) en augmentation de +53,7%. Le développement du trafic aérien s’est ainsi accompagné d’une amélioration continue de son efficacité énergétique : diminution de -25,7% des émissions de CO2 unitaire (en kg de CO2/ PKTeq), soit une décroissance moyenne de -1,7% /an.

Avec 4,5 Mt en 2017, la part du transport intérieur dans les émissions de CO2 du transport aérien est de 20,4%, dont une proportion importante liée à la desserte de l’Outre-mer (2,5 Mt). Depuis 2000, les émissions de CO2 pour le trafic intérieur métropole sont en nette diminution (-28%).

Les émissions du transport aérien international 2017 (17,4 Mt de CO2) représentent 79,6% des émissions du transport aérien, et sont en progression de +30% par rapport à 2000, pour un trafic à +66% (en PKTeq).

CO2 (kt)
co2.jpg

 CO2 unitaire (g/PKTe)

co2u_b.jpg

Secteur aérien dans son ensemble

Selon les données d’inventaire (valeurs recalées par les ventes de carburant aviation en France), les émissions totales de CO2pour l’ensemble du trafic aérien, incluant l’aviation commerciale (avec APU) et l’aviation non commerciale (de l’ordre de 4%) se sont élevées à 22,5 Mt en 2017, en augmentation de 2,3 % par rapport à l’année précédente :

Millions de tonnes CO2 2000 2010 2013 2014 2015 2016 2017
Intérieur y compris OM 6.1 4.7 4.9 4.7 4.6 4.8 5.0
international 14.6 16.2 16.4 16.6 17.6 17.2 18.5
Total secteur aérien (France) 20.7 20.9 21.2 21.3 22.2 22.0 22.5

Source Citepa chiffre pour la France entière – 2017

 

Le trafic aérien intérieur représentait 2,8% des émissions de CO2 (2.7% des émissions de GES*) du secteur des transports en 2016 selon l’inventaire national des émissions au format CCNUCC (Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques) pour le périmètre KP (Kyoto Protocol, incluant l’Outre-mer UE).

Le trafic aérien intérieur dans son ensemble et le secteur des transports étaient respectivement à l’origine de 1,1% et 38,6% des émissions de CO2 (0,8% et 29,8% des émissions de GES*) de la France en 2016 (chiffres CITEPA hors UTCATF).